Een Dag aus dem Liewen vum Frank Schneider (2)

0
1047

De Frank Schneider sëtzt zanter 5 Méint zu Nanzeg am Prisong. Hie gouf e puer Meter vun der lëtzebuerger Grenz vun de franséische Sécherheetsbeamte festgeholl, op Demande vun den Amerikaner, déi mat säftegen Beschëllegungen opdëschen.

Et géing sech ëm Bedruch a Milliarden handelen. Ob de Frank Schneider – fréier Chef vun den Operatiounen beim Geheimdéngscht- schëlleg ass oder net, muss d’Zukunft weisen. Bosseg ass den Ament de kompletten Desintressi vun der Magistratur esou gudd wéi vun der Politik tëscht dem Krautmaart an dem Hellege Geescht. E Lëtzebuerger , an net där mannster een, sëtzt am Bing a keen freet no, wat lass ass! Vun de Medien net ze schwätzen!

Ech hunn grad wéi viru Wochen, en Interview mam Frank Schneider gemaach. Nees eng Kéier iwwer de Wee vun enger Drëttpersoun. D’Äntwerten sinn op franséisch. Ma wat d’lëtzebuerger Justiz betrëfft, ass de Mann méi wéi kloer. Dofir bis un de Schluss liesen.

2 Froen, 2 Äntwerten

 

gkonline: Op d’mannst bis den 18. November gitt Dir vun de franséischen Autoritéiten net provisoresch op fräie Fouss geloss; deen Ament soll sech decidéieren, op Dir d’Méiglechkeet sollt kréien vun engem elektronesche Bracelet, awer och ob Dir un d’USA ausgeliwwert gitt. Ech hunn an engem éischten Artikel probéiert, de Lieser Aere Fall ze explizéieren. Do schéngen awer eng Partie Elementer ze feelen, well wéi ass et sech sos ze explizéieren, datt d’Saach esou komplizéiert ass? Wëss Dir eppes, wat anerer och wëlle wëssen?

La Cour d’appel dans son arrêté du 23 septembre ne rejette pas ma demande de mise en liberté. Elle retient dans son arrêté de prendre en compte la stabilité de la situation de Frank Schneider en France qui n’a jamais dissimulé son adresse fixe connue au moment de son interpellation et de sa mobilité géographique. Précision faite que ces déplacements se sont toujours terminés par un retour à son domicile en France. La Cour ordonne donc une enquête de faisabilité de mesures alternatives à la détention par le service qui est spécialisé pour ça et qui s’appelle pénitentiaire d’insertion et de probation ( SPIP). Ceci est une mesure normale, elle est déjà en cours d’évaluation et la Cour se prononcera en se basant sur ce rapport le 18 novembre qui est la date la prochaine possible pour se prononcer sur cela. Donc, il est plutôt probable que ça sera une mise en liberté assez rapidement après cette date. C’est donc plutôt un bon signe.

 

gkonline: D’Amerikaner hätten Iech gären ausgeliwwert, d’Fransousen denken doriwwwer no. Wär et net méi einfach, Dir géingt u Lëtzebuerg ausgeliwwert ginn? Ma bis ewell hat Dir keng Kontakter mat Lëtzebuerger Autoritéiten, weder mat der Justizministesch Sam Tanson nach mam Ausseminister Jean Asselborn. Ass dach op d’mannst verwonnerlech….

Concernant l’extradition elle même, je la refuse et je vais présenter mes motivations pour ce refus le 18 novembre. D’abord je rejette fondamentalement depuis le premier jour de mon interpellation les faits qui me sont reprochés par les Etats-Unis. Et ceci catégoriquement! Notamment d’être un membre d’une  association de malfaiteurs et de fraudeurs et de blanchisseurs d’argent. La demande d’extradition des Etats-Unis à la France se base sur deux traités: premièrement sur le traité bilateral entre les USA et la France et deuxièmement sur un traité entre l’Union Européenne et les Etats-Unis. Mon refus est motivé pour plusieurs raisons.

1.La non-application des droits fondamentaux de la citoyenneté de l’Union Europenne et de la liberté de circulation qui va avec. Ceci veut dire qu’il est défendu de discriminer en raison de ma nationalité prévu par le traité fondamental de l’Union Européenne (TFUE). Dans ce contexte il y a toute une panoplie de jurisprudences de la Cour de Justice de l’Union Européenne qui – me concernant- n’ont pas été respectées ni par les autorités françaises ni par les autorités luxembourgeoises. Dans ce contexte il se pose aussi toute une liste de questions préjudicielles à la Cour de Justice de l’Union Européenne.

2. La non-conformité de la demande des Etats-Unis. Je ne peux pas à ce stade me prononcer sur le détail.

3. La violation des droits fondamentaux.

Ces motivations sont complexes et bien fondées et vont devoir être regardées avec précision. Il me semble peu probable que ceci sera jugé le 18 novembre vu la complexité de la matière. Selon le traité TFUE – un texte beaucoup plus récent que d’autres traités d’extradition – le Luxembourg a un rôle à jouer. Ceci, c’est une question de droit et non pas de sympathie ou de non sympathie pour le personnage Frank Schneider. Ce qui est clair c’est que le Luxembourg pourrait – s’il le souhaite- m’avoir au Luxembourg selon une jurisprudence étroine de la Cour de Justice de l’Union Européenne. 

Il serait donc possible de me faire un procès au Luxembourg sur la base des accusations et des preuves fournies par les Etats-Unis. Ceci garantirait que je n’échappe à la justice mais également que en tant que citoyen de l’Union Européenne et du Luxembourg, j’aurais droit à un procès équitable ce qui ne serait certainement pas le cas aux Etat-Unis. La question est si le Luxembourg n’a pas une obligation d’agir ainsi. Ceci va être regardé en détail.

Mir mussen also fir d’Suite bis den 18. November ofwarden. Dem Frank Schneider seng Interviewen goufe bis ewell op dëser Internetsäit vill gelies an an der Tëschenzäit och vill a Gespréicher op der Strooss kommentéiert. Villäicht erwechen se awer nach an der Politik!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here