D’Argumentatioun vun der Danielle Igniti a Saache Plagiat ass Aarmeleitsgeméiss. De Gaston Vogel gräift zur Fieder.

0
1121

 

Datéiert op de 25. Juni wor am Lëtzebuerger Wort e Reportage vun enger ganzer Säit plus Editorial iwwer de Fall Dieschburg ze liesen. Dräi sougenannten Experten a Saachen droits d’auteur a Konscht koumen zu Wuert, dorënner och eng gewëssen Danielle Igniti. Si ass Member am Verwaltungsrot vum MU-DAM an et heescht an der Zeitung, si hätt eng eege Galerie,wär onofhängeg. Si gëtt ënnert anerem zitéiert mat: ” Wir haben hier den Fall, dass niemand weiss, wo das Bild herkommt, die Änderungen sind minimal. Das ist keine Interpretation, es ist auch keine Referenz, weil niemand aus dem Bild allein die Fotografin erkennt. Damit ist es für mich eine Fälschung”.

Näischt verstanen, äntwert der Madamm Igniti de Gaston Vogel, dee méi ewéi bedauert, datt si de rezente Verdikt an enger änlecher Affär vun engem Berliner Geriicht net gelies huet. An dat ëmsou méi wou de MU-DAM indirekt mat betraff ass! Dee ganze Verdikt ass op dëser Säit zanter enger Woch nozeliesen https://bit.ly/3bvm8kr

Hei ënnendrënner de Bréif vum Här Vogel un d’Madamm Igniti.

 

 

Madame IGNITI,

 

 

Dans le Wort für Wahrheit und Recht vous vous donnez à cœur joie pour démolir l’un des grands espoirs de la peinture luxembourgeoise.

 

Ce jeune Dieschbourg auquel vous vous attaquez est un merveilleux artiste comme il n’y en a que très peu au Grand-Duché.

Vous oubliez que dans votre qualité d’administratrice du MUH-DAM, vous avez une obligation de réserve et qu’il ne vous sied pas de jeter à la pâture publique, bêtement et avec une légèreté blâmable, un jeune artiste du pays.

C’est scandaleux.

Vos propos en eux-mêmes sont incohérents ;

Dès la première phrase de votre baratin, on comprend que vous n’avez rien compris, d’aucuns ont la témérité d’ajouter « comme toujours ».

Pour éclairer votre cerveau qui me semble épais, fermé sur les choses les plus essentielles, je vous transmets un jugement du Landgericht Berlin, 15ème chambre du 02.11.2021 et commenté au Spiegel du 11.06.2022, et qui abonde dans le sens de la thèse que je défends de concert avec des peintres connus et reconnus du pays. (Biwer – Brandy et autres).

Détail piquant :

Le peintre mis en cause par le plaignant du nom de Conway, Martin Eder, avait exposé au MUH-DAM  du 17.06.2017 au 03.09.2017, si ma mémoire est bonne – à l’époque, il était déjà engagé dans le procès de « plagiat » qui vient, après trois années de procédure, de se terminer par une relaxe pure et simple.

Qu’aviez-vous entrepris à l’époque pour chasser ce « plagiat » du MUH-DAM ?

OLÉ !

 

Recevez, Madame Igniti, la considération que vous croyez pouvoir mériter de ma part.

 

Gaston VOGEL

P.S. : Une copie de la présente est adressée au Premier Ministre et au Ministre de la Culture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GV/NO

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here