D’Indépendant fillen sech am Stach gelooss, vun der Politik, vun de Verwaltungen¨

0
789
Image par Anja🤗#helpinghands #solidarity#stays healthy🙏 de Pixabay

GIOVANNI PATRI

Rescue Independents & Startups

Envoyé par e-mail : Ministere.Etat@me.etat.lu

Luxembourg, le 13 janvier 2021

 

Monsieur le Premier ministre,

Je me permets de vous écrire car en ce début d’année 2021 que nous espérions tous meilleur que 2020, je suis obligé de constater que la situation économique du Grand-Duché de Luxembourg se dégrade et que l’anticipation est de rigueur.

Vous n’êtes pas sans savoir que le monde luxembourgeois de l’HoReCa se morcelle et s’entre-déchire en plusieurs groupes. Entre la fédération, les nouvelles associations et les groupes de propriétaires de restaurants, bars et discothèques qui veulent tous faire entendre leurs mécontentements et leurs revendications certains par courrier, d’autres en prévoyant des ouvertures ou en faisant des manifestations.

Cependant le problème ici réside dans le fait qu’un pilier important de notre économie est clairement en train de se fissurer. Même si les plus forts survivront, la grande majorité (grands, moyens et petits) n’arriveront pas à sortir de cette trop longue fermeture. La chute de ces acteurs entrainera une dégringolade en cascade de sous-traitants, de fournisseurs, de producteurs, qui eux ne sont même pas considérés comme partie intégrante du monde de l’HoReCa.

Sans oublier les emplois qui vont être perdus. Même si les syndicats aspirent à corréler les aides financières de l’État avec la préservation des emplois. N’oublions pas que lorsque les patrons des restaurants, bars et discothèques feront faillite ou devront fermer, aucune aide financière ne créera de nouveaux emplois.

Lors de la fermeture imposée fin novembre 2020, le monde de l’HoReCa a dû attendre la fin décembre 2020, donc quasiment un mois, pour voir émerger un soupçon d’aide, qui aujourd’hui a toujours du mal à arriver. Sans parler des chômages partiels qui arrivent en retard ou qui sont carrément refusés sous des prétextes plus que discutables. Au final c’est à nouveau l’État qui a décidé de fermer et pas les commerçants.

Mais l’HoReCa n’est pas la seule branche qui souffre sérieusement, mais c’est bien tous les indépendants qui sont actuellement sous une pression énorme. Or la pression la plus sérieuse pour eux est celle de leur plus important créancier, l’État !

Les impôts, la sécurité sociale (CCSS), la TVA réclament depuis des mois leur dû avec vigueur et ceci sans aucune reconnaissance de la pandémie qui nous touche depuis le mois de mars 2020. Les contraintes sont envoyées, les huissiers sommés de récupérer l’argent de l’État et les faillites s’enchainent sans aucune pitié.

Nous sommes à peine à la mi-janvier 2021, que les nerfs et la santé mentale des indépendants luxembourgeois sont mis à mal. Les polémiques et explications sur la lenteur administrative, sans oublier l’ombre de la troisième vague qui flotte sur l’économie luxembourgeoise ne font que renforcer le malaise.

D’autant plus qu’avec la pression financière et la détérioration de la santé, une forme de précarité et de détresse s’installe chez des indépendants qui, pour certains, n’arrivent plus à nourrir leurs enfants et doivent vivre avec le spectre de l’expulsion.

Il y a un peu moins d’un an Maître Vogel vous interpellait avec cette phrase « entendez- vous ce bruit sourd, c’est la colère du pays qui gronde ».

Aujourd’hui, je tiens à vous aviser que « le bruit de la gronde n’est plus sourd, mais bien vivace et bientôt la fronde aura remplacé la gronde ».

Partant, Monsieur le Premier ministre, c’est en toute humilité mais avec détermination que je vous demande audience pour la semaine prochaine, afin de pouvoir vous alerter et vous sensibiliser sur la réalité du terrain et la souffrance de nos indépendants. Lors de notre entrevue je désire également vous soumettre ma candidature en qualité de médiateur officiel entre les indépendants et le gouvernement, car je considère que critiquer sans agir est être complice de ce qui pourrait être amélioré et qui ne l’est pas.

Avec mes respectueux hommages, je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier ministre Xavier Bettel, l’expression de ma très haute considération.

Giovanni PATRI

Fondateur de Rescue Independents & Startups Président d’AlliancUp Asbl

RESCUE INDEPENDENTS & STARTUPS

KOMMENTAAR

Please enter your comment!
Please enter your name here