Ech schreiwen däin Numm: FRÄIHEET

0
278
Image par Free-Photos de Pixabay

 

mir liewen a gelungenen Zäiten! Mir sinn am Krich, kréie mir erzielt a mussen eis un d’Ausgangsspär vun 9 Auer Owes halen bis mueres um 6. Déi eng stéiert et méi, déi aner manner. Mir mussen eng Mask um Gesiicht droen, grad wéi wann permanent Fuesent wier. Et ass fir eis selwer an och déi aner ze schützen, kréie mir gesot a mir halen eis gréisstendeels drun. Et ginn Gesetzer op den Instanzewee geschéckt, mat deenen op en Hoer den Denunziantentum zu enger staatlech veruerdenter Obligatioun gi wier. Déi lescht 10 Méint si mir un esou vill Komesches gewinnt ginn, datt mir eis mol net sonnerlech iwwert esou eng Ongeheierlechkeet opgereegt hunn!

D’Grondrechter goufen ausgehillegt. Engem bei der Begréissung d’Hand ginn, ass scho bal eng Frechheet, eng Persoun frou an den Aarm huelen eng fatzeg Illegalitéit. Mënschlech Wäermt ass net gefrot, mir sollen matenaner op Distanz goen. Bomi a Bopi musse kucken, selwer eens ze ginn, grad wéi déi lescht 80 Joer!

Millioune Leit eleng an der Europäescher Unioun hu schonn hier Aarbechtsplaz verluer. Millioune Jugendlecher hunn berufflech e verluerent Joer hannert sech: schlechte Studium, schlecht Chancen,eng Léier- oder eng Schaffplaz ze fannen!

Mir kréien gesot, et ass alles nëmmen provisoresch, bis de Krich eriwwer ass. Ech denken un de franséische Spréchelchen: ce n’est que le provisoire qui dure! An ech luussen eriwwer op Spuenien, wou d’Regierung ënnert bloem Himmel a grénge Palmen scho bal houfereg matdeelt, datt an Zukunft e Fichier iwwer Leit opgemaach gëtt, déi de Vaccin refüséieren. Alles wierklech just provisoresch? Dee Fichier soll an der Zesummenaarbecht mat aneren europäesche Länner entstoen. Och mat Lëtzebuerg? Ech hoffe jo alt net!

U sech sinn ech frou, eng Plaz an eiser Schong-Natioun geschenkt krut ze hunn, an net a Polen, Ungarn, China. Do géing ech fir meng munchmol kritesch Iwwerleeungen verfollegt ginn, wär menges Liewes net méi sécher. Ma och am gemitterleche Lëtzebuerg sinn kritesch Gedanken wéi Hief fir d’Demokratie! An deem Sënn wënschen ech deem, deen ech net kennen, ma deen des Zeile liest, e frout Neit Joer, ob mat oder ouni Pick, 12 Méint mat Häerz a Verstand, mat Sënn a Sënnlechkeet, mat Spaass a Freed, a gudder Gesondheet a mat deem néidege Schotz Gléck!

An der Hoffnung, datt d’Grondrechter am Laf vun dësem Joer nees hirgestalt ginn, spéngelen ech hei ënnendrënner dem Paul Eluard säi Gedicht iwwer d’FRÄIHEET un als zousätzlech Lecture. Et ass aus dem Joer 1942.

BLEIWT DOHEEM? ESOU VILL WEI MÉIGLECH.
MA BLEIWT VIRUN ALLEM KRITESCH!

 

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits

Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore

Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes

Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes raisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux

Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre

Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte

Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises

Sur les lèvres attendries
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits

Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir

Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer
LIBERTE

KOMMENTAAR

Please enter your comment!
Please enter your name here