Recent Posts

Post Categories

Iwwer d’Feigheet vun der Press 
An Amerika zitt sech de Joe Biden aus der Presidentecourse zeréck. Eng Decisioun déi iwwerfälleg war! An eng Decisioun déi...
Iwwer déi Haart mat de mëlle Baken 
De Staatsbeamten a -Fonctionnaire genéisst de Ruff, extreemt Sëtzlieder ze hunn. Et däerf een sech also net weider wonneren, datt...
Affär Gaardenhaischen: Solden an der Justiz? 
Et muss ee soen wat ass: et si scho  Gelungener, eis Dammen, Hären a * vum Parquet. Si si fräi...
Frank Bertemes: Immer wieder Krieg? 
„Fünf große Feinde des Friedens wohnen in uns: nämlich Habgier, Ehrgeiz, Neid, Wut und Stolz. Wenn diese Feinde vertrieben werden...

Blog Post

Gesellschaft

Gaston Vogel: La secte face à la sécheresse qui frappe le pays 

Gaston Vogel: La secte face à la sécheresse qui frappe le pays
Photo de Macro Photography: https://www.pexels.com/fr-fr/photo/animal-doigt-grenouille-arriere-plan-vert-12514384/

 

La secte des Verts est toujours heureuse quand ça va mal au niveau des phénomènes naturels.

 

Elle se sent alors confortée dans ses visions apocalyptiques.

 

« Vous voyez connards ! » S’égosille-t-elle – un soleil fou comme jamais avant – une terre totalement asséchée – C’est ça le changement de climat.

 

« Cessez donc de rouler en voiture comme on ne cesse de vous le dire – prenez le véloooo et tout ira beaucoup mieux » et aux agriculteurs, ce conseil éminent et urgent : « Moins de vaches dans les prairies s’il vous plait – moins de pets et donc moins d’effets de serre ».

 

Elle a raison.

 

En 1816, l’Angleterre a connu un été tumultueux.

 

Sen, prix Nobel, nous rappelle dans son livre « L’idée de justice » que le philosophe utilitariste James Mill écrivit une lettre à David Ricardo où il s’inquiétait de ce qui allait inévitablement en résulter, une misère dont la seule idée fait gémir jusqu’à l’os, un tiers de la population doit mourir.

 

L’homme a oublié les leçons d’alors.

 

Oui sur les terres asséchées les vaches ne trouvaient plus rien à brouter et pétaient d’ennui et de neurasthénie à une cadence qui voilait le soleil.

 

Les agriculteurs,  en augmentant le nombre pour parer à la famine, ne faisaient qu’aggraver la situation.

 

A cette misère de pet s’ajoutait le kérosène des avions très nombreux au début du 19ème siècle, la désastreuse essence des innombrables Vauxhall qui parcouraient l’espace et empestaient l’air.

 

C’était l’horreur écologique.

 

*

 

Nous voilà libérés de ces soucis par les Turmes, les Bausch et autres petits génies qui ont tout compris et on ferait bien de se reposer enfin sur leurs frêles épaules

 

Le 31 août 2022

Gaston VOGEL

Related posts

Verloossen eng Äntwert

Required fields are marked *